Tendances12.07.2018 Être jeune après 50 ans

La génération des silvers, alias les nouveaux seniors, réunit en réalité trois générations d’individus : les 50-64, les 65-75 et les plus de 75 ans. Le sociologue Pierre Bourdieu l’affirmait : « la jeunesse n’est qu’un mot ». Se pourrait-il que la « vieillesse » n’en soit qu’un aussi, utilisé pour englober sous un même concept des individus aux aspirations pourtant différentes ? Et si l’âge n’était en réalité qu’un carcan aussi étriqué pour les silvers que l’est le genre pour la génération Z ?

 

Tandis que l’actrice Jane Seymour, 67 ans, pose pour la troisième fois dans le magazine Playboy, certaines personnalités comme la romancière Joan Didion, 83 ans, la décoratrice d’intérieur Iris Apfel, 96 ans ou encore l’ex-chanteuse d’opéra Joyce Carpati, 85 ans, se muent en véritables icônes de style. Aperçues dans les campagnes de Céline, Prada, Saint Laurent ou même DS, Joan, Iris et Joyce incarnent une nouvelle vague « starlettes gériatriques » ; qui à 80 ans passés se sont offert la liberté de devenir qui elles voulaient loin de toutes injonctions sociales. Une posture dans laquelle se reconnaissent également les nouvelles générations pour lesquelles ces femmes incarnent la liberté d’être ; Iris ayant même fait l’objet d’un documentaire disponible sur Netflix et d’une exposition au Bon Marché.

Capture d’écran 2018-06-18 à 15.47.24

Loin des stéréotypes et des préjugés associés à leurs âges, les silvers s’épanouissent. Mais parmi les clichés qui ont la dent dure il y a ceux liés à l’amour et au rapport à la séduction. Passé un certain âge les silvers n’auraient plus le droit de s’aimer follement, de draguer, de convoler et encore moins de faire l’amour. C’est bien mal les connaître, nombreux sont les silvers qui n’hésitent plus à franchir les portes des sites de dating pour faire des rencontres. Certaines marques l’ont bien compris et se sont employées à séduire ces jeunes de plus de 50 ans, comme Meetic avec son site de rencontre dédié « DisonsDemain ». La marque a pris la parole en mai dernier dans deux films publicitaires qui mettent en scène des couples de 50 et plus, pleins d’entrain répliquant des scènes d’amour de jeunesse.

Capture d’écran 2018-06-18 à 15.47.10

Avec le temps le rapport au corps évolue, mais pour les silvers ce n’est plus une fatalité. Ils ne recherchent pas la jeunesse éternelle. Cette génération aime séduire, plaire, et veut vieillir en beauté. Une vision qui s’ancre dans le « pro » âge, et non dans « l’anti » âge comme c’était le cas jusqu’ici, notamment sur le marché des cosmétiques. Comme il n’y a pas d’âge pour aimer, il n’y en a pas pour se sentir jeune, vieux, belle ou audacieuse. Aujourd’hui, nous ne sommes plus tant dans un simple mimétisme de la jeunesse que dans une quête d’essentialité et d’épanouissement personnel, sans âge et intergénérationnelle.

 

 

Source : « Silver is the new sexy », IFOP, 2016

× Veuillez entrer un email valide