Le consommateur digital18.06.2018 L’e-influence n’a pas d’âge

Les e-influenceurs sont aujourd’hui des partenaires précieux pour les marques. Sur Youtube et Instagram, ils peuvent tout aussi bien réaliser des tutoriels que publier des photos de ce qu’ils mangent. Autour d’un centre d’intérêt commun, ils mobilisent des milliers d’abonnés conquis par leur accessibilité et leur authenticité. Ils ont donc un immense pouvoir de prescription.

Vieilles stars du web

­Spontanément, on imagine que ces stars du web font partie des générations Y ou Z. Mais en réalité, nombreuses sont celles qui ont atteint un âge mûr et qui connaissent pourtant un succès phénoménal. C’est le cas de l’instagrameuse américaine Baddie Winkle, qui comptabilise plus de 3 millions d’abonnés malgré ses 89 ans. Connue pour ses allusions grivoises, ses tenues excentriques et son combat pour la légalisation du cannabis, cette charismatique octogénaire fascine les internautes du monde entier depuis bientôt 5 ans. Devenue une véritable icône pop aux US, elle collabore régulièrement avec des marques comme Smirnoff, ou encore MissGuided et Urban Decay dont elle est l’égérie. Elle touche particulièrement les millennials et la Gen Z car, définitivement,  « old is the new cool ».

baddie brainfood

Plusieurs raisons peuvent expliquer le succès des e-influenceurs seniors. Loin des clichés anxiogènes d’un 3e âge amoindri, ils renvoient une image positive de la vieillesse qui rassure et inspire. Par projection ils nous rappellent notre propre entourage, ce qui provoque la sympathie. Maîtrisant les codes du web social malgré le décalage générationnel, ils forcent l’admiration. Et ces différentes émotions renforcent d’autant plus leur influence.

Seniors et digital

L’imaginaire collectif dissocie souvent seniors et digital. Alors qu’en fait, nos aînés sont tout sauf techno-réfractaires. Aujourd’hui, parmi les plus de 55 ans, 2 personnes sur 3 surfent sur Internet et 1 sur 3 se revendique même bi-device [1]. Alors que les 55-65 ans suivent les actualités et se renseignent sur des produits avant d’acheter en magasin, les plus de 65 ans penchent plutôt pour les achats en ligne. En revanche, toutes les tranches d’âge ont une pratique commune : rester en contact avec les proches via les réseaux sociaux. Si hier il était inconcevable pour les marques d’atteindre les seniors par le digital, aujourd’hui elles ont même tout intérêt à déployer des dispositifs pour cette cible. Comme on le sait, les actions pionnières procurent toujours un sérieux avantage concurrentiel.

couple seniors brainfood

[1] « Baromètre 55+ : Les seniors et le digital », TNS Sofres 2016

 

× Veuillez entrer un email valide