Le consommateur digital12.10.2017 Voyage au coeur de la foodtech

Gain de temps, optimisation des qualités nutritives de nos assiettes, découverte de nouvelles connexions sociales, coaching… La technologie et le digital permettent de simplifier la vie de façon spectaculaire, l’alimentation et la cuisine n’y échappent pas, bien au contraire.

Bienvenue dans l’ère de la Food Tech : de nouveaux services, produits, ingrédients, techniques de production développés en s’appuyant sur des avancées technologiques. Un secteur en pleine croissance, avec plus de 35000 startups actives à travers le monde et des investissements mondiaux en croissance quasi exponentielle depuis 2013, passant de 5,9 milliards de dollars en 2013 à 38,5 en 2016. Un monde qui bouge très vite, certaines innovations jugées luxe incongru il y a encore 5 ans sont en passe de devenir des commodités.

 

La food tech est une réponse plus ou moins futuriste aux besoins, attentes et usages de plus en plus variés des consommateurs du monde entier.

 

À travers leur rapport à l’alimentation, les consommateurs affirment leur originalité, leur volonté de s’intégrer aux courants, de bousculer les conventions, de ralentir le rythme ou de l’accélérer.

Des attentes transversales s’installent peu à peu :

– La variété (Cookeo connect) et l’attrait pour la nouveauté (Opn Kitchen)

– La personnalisation (Fitnext)

– L’immédiateté : Amazon Prime now et son circuit court de « farm to door »)

– La redécouverte du naturel (il était un fruit)

– Les alternatives aux protéines animales (Beyond Meat)

– La transparence et la traçabilité : Walmart et IBM s’associent pour permettre un suivi des aliments depuis la production jusqu’à l’assiette

– La gestion des ressources et des déchets (optimiam)…

- l'application de bons plans anti gaspi autour de vous
– source : Optimiam

 

Chaque jour un peu plus, le rapport à l’alimentation reflète donc une démarche citoyenne et activiste, comme l’illustrent la montée en puissance du flexitarisme, un régime alimentaire consistant à diminuer la quantité de protéines animales dans son alimentation, ainsi que celle du mouvement vegan, très soucieux de l’environnement et du respect de la cause animale.

 

Gourmands et soucieux de leur santé, nostalgiques et innovants, hybrides et attachés à la tradition. Entre responsabilité et plaisir, freins et envies, nutrition et gourmandise, le cœur des consommateurs balance et surtout, ils ne veulent pas avoir à choisir. Sommes-nous vraiment des consommateurs si contradictoires ? Quoi de plus naturel d’attendre des solutions adaptées à nos envies et à nos besoins, partout, tout le temps et sans accroche ?

 

La Food Tech répond à certains dilemmes, ses innovations apportent de la sérénité et garantissent la mise en place d’un savoureux équilibre pour les foodistas.

 

En effet, qu’est-ce que la Food Tech sinon le chemin vers la réconciliation des attentes qualifiées d’opposées des consommateurs, justement grâce à ces innovations, applications, technologies, plateformes. Petit tour d’horizon…

 

#Delivering

Junk food ou bistrogastro, pourquoi se restreindre quand tout est possible.

« Je souhaite avoir accès à toutes mes envies où que je sois et à n’importe quel moment » . Qui n’a jamais rêvé d’un menu big mac les lendemains de soirée, sans avoir à bouger de son canapé ?  Le rêve devient réalité avec le partenariat Macdo et Uber Eats. Tandis qu’Uber Eats livre MacDonald’s, on peut tout à fait décider de se faire livrer des repas gastronomiques chez soi avec l’Etoile des gourmets.

« Savourer un repas gastronomique sans passer par la case cuisine et la case restaurant c’est possible avec l’Étoile des gourmets. Il ne reste plus qu’à réchauffer les plats si besoin, et passer au dressage ! »

 

#Social

SocialDining or Lonelydining

« Ce serait sympa de pouvoir rencontrer des gens au moment du déjeuner et m’isoler quand je le souhaite .»

C’est possible ! En effet, de nombreuses applications et concepts fleurissent et permettent de rencontrer des gens, même pendant les pauses-déjeuner au travail (nevereatalone) et de découvrir de nouvelles saveurs (Ici Là Là).

Dans le même temps, des restaurants « une place » se développent.

Par exemple, le restaurant eenmaal, à Amsterdam, propose uniquement des réservations individuelles, dans un cadre épuré et ‘hypsterisé’.

Eenmall - le premier restaurant pour manger seul
– source : eenmaal

 

#Cooking

Épicurien et cuisinier

« Il n’est pas facile d’être un épicurien dans une vie au rythme effrénée ».

Pour les amateurs pressés et les cuisiniers frustrés, des alternatives existent pour nourrir leurs appétits et leurs envies.

Depuis la livraison de plats sains, gourmands, variés et équilibrés (Frichti, Pickles), en passant par les paniers repas à cuisines qui proposent l’ensemble des ingrédients nécessaires à la réalisation de recettes pour une semaine pour les couples, les familles et les végétariens (Illico Fresco, Qui toque), à la possibilité de faire venir un chef à domicile (La belle Assiette propose gammes de prix : de 35 à 100€) jusqu’aux objets intelligents, véritables assistants culinaires, avec le Cookeo Connect de Moulinex par exemple, qui libère des contraintes de temps et d’espace au profit du plaisir.

 

 

#Time laps

Quand la nostalgie et la science-fiction cohabitent dans le monde de la cuisine.

« L’alimentation, les repas devraient permettre de me reconnecter à mes racines mais aussi de découvrir le futur ».

D’un côté, il y la cuisine traditionnelle comme madeleine de Proust, représentative de nos valeurs. Des recettes de grand-mères en livraison, c’est possible avec EatMiom. Raconter et filmer sa grand-mère c’est beau. C’est à voir et soutenir sur Grandmasproject, une web-série collaborative partageant recettes et récits de grand-mères du monde entier, filmées par leurs petits-enfants et pour de l’inspiration traditionnelle, il suffit de se rendre sur grands maman.com, un site répertoriant toutes les recettes de grand-mères pour la cuisine et des remèdes ancestraux aussi d’ailleurs.

 

De l’autre, on a parfois le sentiment que la science-fiction s’invite en cuisine. Dinara Kasko, par exemple, une architecte et pâtissière, a développé un véritable l’art de la pâtisserie avec une « architecture contemporaine comestible ». Un art rendu possible par des modélisations informatiques, une imprimante 3D, des moules en silicones (en vente ici), beaucoup de créativité et du travail.

- source : designboom
– source : designboom

Quand le pays des startups est aussi celui de la gastronomie, de belles synergies sont à prévoir.

La FoodTech représente moins de 1% des investissements français, dans un pays dont le repas gastronomique est classé au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO et dont les habitants sont réputés pour parler de nourriture, à tous les repas.

Alors, on comprend les opportunités de les développer et d’exploiter notre potentiel.

 

« En France, la nourriture, c’est notre principale activité (…) Dans notre époque qui a besoin de convivialité, de partage, de transmission et de réassurance, elle a toute sa place » – Nathalie Cottet, créatrice du concours Qui sera le prochain grand pâtissier ? en 2013 sur France 2.

 

La Food Tech en France a de beaux jours devant elle et ceux qui ont le plus de chance de réussir sont très certainement ceux qui sauront créer un lien véritable et légitime avec les consommateurs en leur rendant un réel service utile et agréable au quotidien.

× Veuillez entrer un email valide